Angers
contact@vanessaremignon.com

Maîtriser l’Art de dire « non »

Maîtriser l’Art de dire « non »

Maîtriser l’Art de dire « non »

Oser dire « non » aux autres, à des sollicitations extérieures ou même à la multitude d’idées qui peuvent fourmiller dans notre esprit… 

Ce n’est pas toujours facile.

Sur le papier, cela peut sembler simple.

Vu de l’extérieur, cela peut sembler simple.

Mais dans les expériences et les situations que nous rencontrons, cela peut être une toute autre histoire.

Je me retrouve souvent face à des clientes qui s’épuisent au travail car elles n’arrivent pas à dire Stop. Et plus elles disent « oui », plus on leur rajoute des dossiers, des projets et plus elles prennent le risque de tomber pour burn-out.

Bien évidemment, il y a des raisons psychologiques qu’il est indispensable d’identifier pour changer de programmation.

– Est-ce un driver « sois gentille », « fais plaisir » trop présent ?

– Ou est-ce un manque d’estime personnelle qui nous conduit à vouloir prouver notre valeur ?

– Est-ce encore un traumatisme issu de la petite enfance ?

Dans cet article, je ne vais pas m’étendre sur les causes psychologiques.

 

Je souhaite simplement te transmettre des clés pour te soutenir dans ton désir de t’affirmer davantage en posant des limites claires.

Car si aujourd’hui, en tant que salariée, cela te semble difficile, une fois entrepreneure, ce le sera encore plus !!

Nous devons apprendre à dire « non » à tout ce qui ne rentre pas dans un espace alloué à nos objectifs. 

Cela veut dire, d’être en capacité de dire non à des opportunités professionnelles, à des idées qu’elles soient bonnes ou non pour nous donner la chance de mettre notre focus, notre énergie et notre concentration au bon endroit.

Cela demande d’être stratégique pour servir nos désirs les plus profonds.

C’est en sachant précisément à quoi l’on dit « oui » et à quoi l’on dit « non » que l’on est plus productif·ve et donc plus en capacité d’atteindre nos objectifs de carrière et de vie.

Disponible également sur l’une des plateformes suivantes : – SpotifyAnchor – Google Podcast 

Définir en amont ce que l’on veut vraiment pour sa vie

A quoi je dis « oui » et à quoi je dis « non ».

Et cela commence par identifier clairement quelle personne nous voulons être et quelle avenir voulons-nous créer.

Cela nécessite donc de bien se connaître (notamment son système de valeurs et ses besoins) et d’avoir une vision claire de sa vie personnelle ET professionnelle.

Ce qui permet d’éliminer toutes les distractions, sollicitations extérieures qui nous éloigneraient de nos objectifs.

Si vous voulez être cette femme qui prend soin de son corps mais qui dit « oui » à toutes les sollicitations extérieurs (comme regarder un film ou faire une virée shopping) alors que vous aviez décidé de prendre une séance de sport intensive, c’est que vous êtes pas alignée avec cette meilleure version de vous-même. Vous pouvez alors commencer à dire « non ».

Chercher les occasions pour vous entraîner

Dire « non » est une nouvelle habitude à prendre. C’est comme un nouveau muscle à entraîner.

Il est ainsi intéressant de commencer à dire « non » à certaines personnes ou à certaines demandes.

 

Voici un petit exercice à expérimenter issu livre « 50 exercices pour savoir dire non » aux éditions Eyrolles.

Alors, commencez par lister les personnes avec lesquelles il peut être plus ou moins difficile de dire « non » et hiérarchiser les par ordre croissant de difficulté.

Par exemple, vous arrivez peut-être à refuser, plutôt facilement, une demande venant de votre mère ! Dans ce cas, placez-la au début de votre liste. En revanche, vous êtes peut-être totalement incapable de dire « non » à un client quel que soit sa demande. Dans ce cas, placez-le à la fin de votre liste.

 

Une fois que votre liste de 5 – 6 personnes est terminée, imaginez pour chacune d’entre elle, un argumentaire pour vous aider à refuser une demande. Ce qui est essentiel, c’est d’être respectueux et de faire des contre-propositions. N’hésitez à demander l’échéance, de vérifier l’urgence… Parfois, la demande peut être formulée avec une certaine tonalité et on a le sentiment que c’est à faire dans l’heure alors qu’en réalité il n’en est rien. Donc apprenez à toujours demander à votre interlocuteur l’échéance. Cela vous permettra soit de décliner définitivement soit de proposer une alternative. Donc tout l’enjeu est de dire « non » sans vraiment dire « non ».

 

Quelques exemples concrets :

  1. J’ai d’autres engagements qui m’empêchent de travailler sur ce projet
  2. Je n’accepte plus de nouveaux dossiers jusqu’à nouvel ordre
  3. Je ne peux pas le faire moi-même mais je peux vous recommander ma collègue/collaboratrice/adjointe…
  4. Je dois quitter le bureau à 17h, pouvons-nous convenir d’une autre date ?
  5. Pouvons-nous programmer cette réunion/ce RDV pour la semaine prochaine ?
  6. J’ai un RDV que je ne peux pas reporter
  7. Je veux bien prendre ce nouveau dossier mais qu’à partir de telle date

En anticipant ainsi vos réponses en fonction de votre interlocuteur, vous ne serez plus prise au dépourvu !

Cesser de vouloir se justifier à chaque fois

J’aimerais que tu aies à l’esprit que tu ne dois rien à personne.

Parfois, je me surprends encore à vouloir justifier (principalement dans mes mails) pourquoi j’ai tel ou tel retard dans mes réponses ou pourquoi je ne souhaite pas aller plus loin dans une éventuelle collaboration ou cocréation. Etc. 

Lorsque je prends conscience de ce que je suis en train de faire et que je me rends compte que cela me coûte du temps, alors je coupe court et je ne m’étale pas en excuses.

Souvent, on souhaite s’expliquer parce qu’on le sentiment de faire quelque chose de mal. Alors on veut se donner bonne conscience en donnant des excuses et des explications pour réduire notre sentiment de culpabilité.

En voulant à prix nous excuser ou voulant nous justifier, nous renforçons ce sentiment de faire quelque chose de mal. 

Il est donc important de sortir de ce schéma de penser.

Par ailleurs, le fait même de trop s’étaler donne du grain à moudre à notre interlocuteur et cela peut nous conduire à être encore plus dans l’inconfort.

Apprenons à être dans des vrais « non », à les penser avec conviction, à les ressentir dans nos corps pour être pleinement à l’aise.

Car ce qui est néfaste pour notre corps et donc la libre circulation des énergies, c’est la superposition d’émotions négatives.

Si vous êtes stressée à l’idée de dire « non », vous allez ressentir de la confusion. Vous serez mal à l’aise. Vous culpabiliserez. Et au lieu d’être dans l’accueil de ces émotions désagréables, vous allez rajouter des émotions désagréables en culpabilisant de culpabiliser, en étant en colère vis à vis de vous-même, en étant contrariée de ressentir ces émotions désagréables parce que vous voulez que ce soit tellement plus naturel pour vous de dire « non ».

C’est cette escalade d’émotions désagréables qui créent des blocages énergétiques.

Gardez les bonnes idées pour plus tard

Si tu es une personne qui fourmille d’idées et qui toujours envie de faire plein de choses en même temps, il peut être intéressant de se constituer une base de données d’idées.

En effet, une idée peut être très bonne mais ne pas arriver au bon moment dans la stratégie de lancement ou de développement de l’entreprise. Du coup, le fait de la retenir et de la conserver précieusement, nous permet de pouvoir nous y référer ultérieurement.

Parfois, sur le coup, on peut avoir l’impression que c’est une super idée et quelques temps plus tard, à la relecture de cette idée, on peut se rendre compte que finalement elle n’est pas alignée avec notre raison d’être ou celle de notre entreprise.

Cela peut être aussi bien vos propres idées que celles de vos collaborateurs ou partenaires ou prestataires.

On peut parfaitement s’autoriser à dire « non » à une idée venant de quelqu’un d’autre, en lui proposant de la conserver pour plus tard, pour un moment stratégique plus opportun.

Développer la confiance en soi

La confiance en soi est également un muscle qu’il faut entrainer. Plus tu apprendras à sortir de ta zone de confort, à embrasser l’inconfort et plus tu grandiras ta confiance en toi.

Cela demande du courage, de l’audace.

Ne dit-on pas que la vie appartient aux audacieux, à ceux qui cherchent et prennent des risques ?

Bien évidemment, vu comme ça, cela pourrait sembler simple, voire même facile.

Mais pour certaines personnes, les conditionnements, les croyances limitantes sont tellement ancrées qu’une aide extérieure serait salutaire pour déconstruire ce qu’il y a à déconstruire et mettre en place de nouvelles programmations neuronales pour se sentir plus en confiance.

Ton JOB ne te convient plus et tu es déterminée à trouver ta mission de vie et créer une entreprise à impact positif ? Réserve dès maintenant ta séance clarté offerte afin que nous puissions clarifier ta situation, définir les toutes premières actions pour concrétiser ton rêve et voir si je suis la bonne personne pour te guider.
👉  Clique ici pour rejoindre la communauté, des femmes et des hommes audacieux et déterminés à contribuer et apporter de la valeur pour rendre notre monde meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

TON MINI-COURS OFFERT

 

Créer l’entreprise à impact positif alignée sur ta mission de vie pour plus de sens, de plaisir, d’impact et d’abondance.