Angers
contact@vanessaremignon.com

Comment se donner la permission de vivre la vie que l’on veut ?

Comment se donner la permission de vivre la vie que l’on veut ?

Comment se donner la permission de vivre la vie que l'on veut ?

Lorsque je suis en séance clarté avec des hommes et des femmes qui se sentent perdu·e·s dans leur carrière professionnelle, que se soit en tant que managers, cadres ou chef·es d’entreprise, il est bien souvent question d’oser se donner la permission.

On se cache derrière des excuses tout simplement parce qu’on veut éviter l’inconfort, la douleur, la souffrance.

Car se donner la permission d’aller vers ce qui nous fait vibrer, se donner la permission de quitter une prison dorée pour voler de ses propres ailes en créant son entreprise nous conduit à faire face à de nombreuses croyances limitantes et peurs (peur d’échouer, de réussir, d’être critiqué·e, d’être rejeté·e…)

Alors comment oser se donner la permission pour vivre qui la vie que l’on veut ?

Disponible également sur l’une des plateformes suivantes :

– Spotify

Anchor

– Google Podcast

Youtube

 

Se donner la permission, pourquoi est-ce compliqué ?

Nombreuses sont les personnes qui prennent l’habitude de rester dans un endroit, un environnement que ce soit un environnement de travail ou un environnement géographique parce qu’autour d’elles, les gens fonctionnent comme ça. Et aussi parce qu’elles croient que c’est ce que la société attend d’elles.

Or, très souvent, elles sentent que ce n’est pas ELLES, que ce n’est pas fait pour elles, que cela ne les fait pas vibrer.

Ce qu’il se passe ?

Nous avons tous été conditionné·e·s à demander une autorisation, une permission depuis notre naissance. Nous demandons d’abord la permission à nos parents, à nos frères et soeurs, à nos enseignants. Puis adultes, nous demandons la permission à nos managers, nos patrons…

Or, il est totalement possible de se défaire de ce conditionnement.

Si nous voulons vivre une vie qui nous ressemble, qui nous procure de l’enthousiasme, de la joie, du sens, nous avons besoin de nous autoriser, de nous donner la permission.

Je comprends difficilement  les personnes qui me disent « je n’en peux plus de ce métier, de ce travail. Je me sens inutile. » Ou encore, « je n’en peux plus de ce lien de subordination, du fonctionnement pyramidal dans les entreprises »… Et qui pourtant restent. 

J’ai toujours pris à coeur mes désirs et ce qui vibrait à l’intérieur de moi. Est-ce que j’ai eu peur ? Oui. Et chaque jour, j’ai peur. Chaque jour, j’ai cette petite voix qui me fait douter, me fait poser mille et une question. Mais c’est en mettant de la conscience sur tout ça, je suis en capacité de reprendre le contrôle de ma vie.

Dans le monde, il y a tellement de possibilités et d’opportunités professionnelles !

Si  nous sommes prêtes à nous engagées, à sortir de notre zone de confort, à nous former, à acquérir les connaissances et les compétences dont nous avons besoin, le meilleur est possible. 

Une autre vie est possible.

Aujourd’hui, je vis dans un environnement qui me permet d’être au contact de la nature, j’ai une meilleure qualité de vie, je travaille de chez moi ce qui me fait gagner un temps fou sur les transports… J’adore également ce que je fais. Chaque jour, je me sens nourris. Mais cela part d’une autorisation, d’une permission.

A un moment donné, je me suis autorisée à quitter des jobs qui ne me convenaient pas.

Je me suis autorisée à quitter une situation professionnelle très confortable alors que j’étais enceinte de ma seconde fille.

Je me suis autorisée à quitter le petite couronne parisienne en laissant mon mari derrière moi car l’environnement dans lequel nous vivions ne me convenait pas.

Se donner la permission, c’est s’accorder de la valeur. C’est prendre conscience que l’on a de l’importance.

Si j’avais attendu que mon mari réagisse, il ne serait rien passé dans ma vie.

Si j’avais attendu que toutes les étoiles soient alignées pour me lancer, j’y serai encore.

Si j’avais attendu d’avoir plus de temps, plus d’argent… ma vie n’aurait pas changé.

Encore une fois, se donner la permission, c’est prendre conscience que l’on le droit de vivre la vie que l’on souhaite avoir. 

Est-ce que tout sera rose ? Est-ce que tout sera certitude ? Non, bien sûr que non.

Probablement que sur le chemin, vous allez vous tromper, échouer, manquer, être dans l’inconfort.

Mais au moins, vous aurez essayé. Vous vous serez donnée la permission.

Et puis, il y aura des moments de profondes gratitudes, des moments de réussite, des moments magiques.

Dans nos modes de fonctionnement, nous avons trop tendance à éviter la douleur. Normal, c’est le fonctionnement propre de notre cerveau… Nous éviter de souffrir.

Alors nous préférons stagner dans notre vie, alimenter des regrets au lieu d’embrasser l’inconfort qui, bien souvent, ne fait que passer pour laisser place à une nouvelle réalité qui nous enthousiasme davantage.

Comment oser se donner la permission ?

1) Prendre conscience que nous sommes créateur·rice·s de notre vie

A ce titre, vous pouvez parfaitement fixer vos propres règles du jeu. Nous laissons trop notre pouvoir entre les mains des autres (nos patron·ne·s, nos conjoint·e·s, le gouvernement…). Tout individu a en lui les clés pour s’autoriser à vivre qu’il désire.

Pour cela, il faut se défaire des croyances limitantes et tout ce qu’attend la société et les autres de nous.

2) Se fixer des objectifs de comportement

Nous avons souvent tendance à nous fixer des objectifs pour obtenir tel ou tel résultat. Je vous invite ici à vous fixer des objectifs de comportements vous permettant de devenir cette nouvelle version de vous qui se permet davantage, qui ose dire les choses, qui affirment ses besoins et ses désirs…

Ce serait par exemple de vous fixer comme objectifs :

– « D’ici le 31 janvier, je quitte le bureau à 18h au plus tard pour faire une marche de 30 minutes dans le parc à côté de chez moi »

– « Chaque jour, je me lève 15 minutes plus tôt pour faire 15 minutes de méditation, de pleine conscience ou de journaling ».

– « Chaque matin, à mon levé, je prends conscience de mon corps et des signaux qu’il m’envoie ».

3) S’autoriser à être SOI

Qu’est-ce qui nous pousse à porter des masques dans la société ?

Qu’est-ce qui nous pousse à porter chaque jour, au bureau, un costume étriqué qui nous étouffe ?

Tout simplement, le besoin d’être reconnu·e, accepté·e, aimé·e.

Nous portons quasiment tous et toutes en nous la croyance que si nous sommes nous-mêmes, alors nous serons jugé·e·s, critiqué·e·s, rejeté·e·s.

Peut-être.

Mais que préférons-nous vivre ?

Une vie qui nous enferme ? Une vie dans laquelle nous ne pouvons pas exprimer pleinement qui nous sommes ? Une vie en désaccord avec nos valeurs ? Une vie en totale sur-adaptation ?

Toi et moi, nous savons que cette vie a de grandes probabilités de nous conduire droit dans le mur.

Or, se révéler à soi, être soi, c’est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire.

Je ne peux pas vous donner une formule infaillible pour le succès, mais je peux vous donner une formule pour l’échec : essayez de plaire à tout le monde tout le temps. Herbert Bayard Swope

Tu es cadre, manager et ton JOB ne te convient plus ? Tu es déterminé·e à trouver ta mission de vie et créer une entreprise à impact positif ? Je t’invite à réserver dès maintenant ta séance clarté offerte afin que nous puissions clarifier ta situation, définir les toutes premières actions pour concrétiser ton rêve et voir si je suis la bonne personne pour te guider.

👉 Clique ici pour rejoindre la communauté, des femmes et des hommes audacieux et déterminés à contribuer et apporter de la valeur pour rendre notre monde meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mini-cours OFFERT

VOTRE MINI-COURS OFFERT

Le business model durable et rentable qui vous correspond à 100% et qui vous permet d’avoir un impact positif.