Angers
contact@vanessaremignon.com

6 façons inhabituelles de développer des pensées positives

6 façons inhabituelles de développer des pensées positives

Sortir de la négativité et développer des pensées positives grâce à 6 exercices insolites

D’ordinaire, dans une vie professionnelle peu épanouissante, peut-être même dans un environnement toxique, il peut être difficile de développer des pensées positives et de rester positive ou optimiste. Souvent on croit que ce qui arrive de l’extérieur (contexte, situation, jugement, critique) nécessite de notre part une réponse quelle qu’elle soit. Et quelque part, c’est vrai. C’est un peu le jeu de la vie. Il y a des événements qui se proposent à nous et nous devons, en quelque sorte composer avec. Nous adapter.

Un nouveau manager. Une réorganisation suit une fusion. Un licenciement qui nous tombe sur le coin du nez sans prévenir, une première cliente qui se désiste…. La COVID 19. Toutes ces choses nous demandent de réagir, de répondre.

Mais il est également possible d’envisager ces événements sous un angle différent. Souvent, je dis à mes clientes qu’il est possible de changer de paradigmes, c’est-à-dire les significations, les interprétations que l’on fait. Significations que l’on donne, bien évidemment en fonction de nos filtres personnels, de nos croyances.

Il ne s’agit donc pas simplement de réagir aux circonstances. Mais d’être davantage dans la conscience de ce qui se passe en nous. C’est-à-dire être davantage à l’écoute du discours intérieur qu’on alimente (que ce soit volontaire ou non / conscient ou inconscient) et des émotions qui nous traversent.

Disponible également sur l’une des plateformes suivantes :

– Spotify

Anchor

– Soundcloud

– Google Podcast

– Youtube

Qu’est-ce qui nous empêchent de développer des pensées positives ?

 

Tout d’abord, je tiens à te rappeler que la vie, c’est vraiment des montagnes russes émotionnelles. On vit des hauts. On vit des bas. 

Les obstacles, les circonstances de la douleur, la souffrance, tout ça peut nous conduire à développer des pensées négatives et même plus loin d’avoir un état d’esprit négatif.

C’est normal et dans l’ordre des choses. Lorsque professionnellement, on est dans le mal-être et la souffrance, c’est qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Et en fonction de qui on est et d’où on part en termes de développement personnel et de notre système de croyances, il peut être plus ou moins difficile de quitter une situation qui ne nous convient plus. 

Exemples : la peur de l’échec, la peur d’être rejeté, la peur de l’inconnu, la peur du manque, etc.

On traverse des épisodes de vie qui peuvent venir réveiller chez nous, d’anciennes blessures qui ne sont pas guéries. Et lorsque tout va mal autour de nous, il peut être difficile de rester dans des pensées positives. C’est un peu comme si on avait une lutte intérieure. On est là à vouloir être plus positif. Puis de l’autre côté, on sait que les choses pourraient mal tourner. 

Alors, j’ai une question.

“Qu’est-ce qui pourrait bien aller ?” Tu as juste à ouvrir le champ de la réflexion.

 

Mon expérience sur le sujet des pensées négatives

Moi aussi, j’ai traversé cette période où je nourrissais au quotidien des pensées négatives. Dès le réveil, elles venaient me titiller : “Tu n’es pas assez. Regarde les autres. Tu es trop…” Elles se sont présentées à plusieurs étapes dans ma vie. 

Par exemple, lorsque j’ai été promu responsable des ressources humaines pendant mon premier congé maternité et que j’ai repris mon poste à 80 %. Je me suis noyée et totalement perdue entre ce rôle ce nouveau rôle de manager où il fallait que j’encadre une équipe et de l’autre par celui d’apprendre à devenir mère.  Effectivement, j’ai eu toutes ces pensées négatives. « Mais tu n’es pas capable. Tu es une mauvaise mère. » 

Ensuite, j’en ai également eu lors de ma reconversion de coach où je me suis lancée comme ça sans préparation. Cela n’a pas du tout marché pour moi au départ. C’est ce qui a amené un flot de pensées négatives.

On regarde les autres et on se compare. En fait, on est tellement dans le jugement de soi-même qu’on engendre des comportements d’auto-sabotage. Les résultats ne sont pas ceux qu’on espère dû à notre comportement suite à ces pensées négatives.

 

Ensuite, à un moment donné, j’ai pris conscience de cette situation. Je me suis dit qu’il fallait redevenir cette femme optimiste, souriante. J’étais en train de m’auto-détruire. On est souvent pire juge. C’est à partir de cette prise de décision envers moi-même, d’aller vers la connaissance de qui je suis. Cela a permis de changer  mes comportements et donc par conséquent mes résultats. 

Du moment où tu découvres que tes pensées créent ta réalité. Donc en développant des pensées négatives, tu crées la vie dont tu ne veux pas. Notre cerveau nous conforte dans nos croyances et nos pensées.

C’est à partir du moment où tu reprends le contrôle de tes pensées, tu changes les résultats car tu changes ton comportement. 

 

Les différents outils pour sortir de la négativité et nourrir un état d’esprit plus positif

 

1. Croire en soi permet de développer des pensées positives

Croire que l’on peut changer. Attention, quand on dit changer, ce n’est pas dénaturer sa nature profonde. Au contraire, c’est se rapprocher de notre véritable identité. 

Ce que l’on peut véritablement changer, c’est notre d’esprit. Passer d’un état d’esprit négatif à un état d’esprit plus optimiste/positif. C’est ce qui va te permettre de créer cette vie qui t’inspire tant.

On ne change pas vraiment. On va juste à la rencontre de notre véritable personnalité et identité profonde. Elle est sagement tapie sous des couches et des couches de croyances et de conditionnement. En fait, quand tu décides de développer un état d’esprit plus positif et d’être davantage optimiste, c’est que tu l’es déjà. Tu as juste besoin de te reconnecter à cela.

La plus grande bataille à mener pour être dans la lumière et s’autoriser à briller ; c’est oser être qui l’on est véritablement et de suivre notre voie, notre chemin, notre mission de vie. 

Finalement, on est en lutte perpétuelle avec nous-même. Mais il y a tellement de magie et de beauté derrière cela. Le jeu en vaut la chandelle. Faire ce travail-là sur son état d’esprit pour être davantage en lien avec notre identité profonde ; c’est ce qui va te permettre de prendre des décisions cohérentes et d’être plus dans l’audace et le courage de créer cette vie qui t’inspire tant et te correspond à 100%.

 

2. Mettre de la conscience

Dans le tumulte de nos vies de femmes et/ou de mères, il est compliqué de s’accorder du temps pour soi. Et pourtant, c’est en prenant le temps et ralentissant notre rythme que nous serons davantage à l’écoute de nos pensées et de nos émotions. Ce n’est pas en passant notre temps à courir dans la journée, qu’on sera en capacité d’appuyer sur le bouton PAUSE et de se demander : Comment on se sent ici et maintenant ? Que nous dit notre corps et notre esprit ? 

L’état d’esprit négatif que l’on peut développer, c’est vraiment insidieux. On n’en a pas conscience. Mais au quotidien sur une certaine période, on est venu nourrir régulièrement des pensées négatives. Et à un moment donné, on a développé un état d’esprit négatif. Il n’arrive pas du jour au lendemain.

 

1e outil : Le journaling

C’est écrire pendant 15/20 voire plus si tu en as envie toutes tes pensées que tu as pu nourrir dans la journée. Comment s’est passé la journée ? Comment tu t’es senti aujourd’hui ? Et si tu t’es senti super bien, même chose. Qu’est-ce qui a fait que cette journée a été bonne. C’est là dessus qu’il faudra mettre le focus.

C’est en posant les choses à l’écrit, qu’en le relisant, tu vas avoir des révélations et des prises de consciences. c’est souvent en laissant courir ton stylo sur la page de façon spontanée, instinctive que tu vas faire remonter des choses extrêmement précieuse pour toi. 

 

2ème outil : la méditation et la pleine conscience

Quand tu marches dans la rue, c’est ralentir son pas et prendre conscience des mouvements de son corps. Ou quand tu as envie de sourire, sois dans la conscience de ce sourire. Même chose pour les moments des repas, c’est d’être conscient des odeurs, de la texture, du goût, etc.

La méditation a ce pouvoir de pouvoir stopper le flot des pensées au quotidien. Et d’être davantage à l’écoute de ce qu’il se passe à l’intérieur de soi. Au quotidien, elle te permettra plus facilement de développer des pensées plus positives.

 

3. Les affirmations positives

Qu’est-ce que dirait à ta meilleure amie qui traverse une période difficile et que tu n’oses même pas te dire ?

« Aie confiance. Tout dira bien. Je crois en toi. Tu es tout à fait capable de le faire. Tu es une femme talentueuse et unique … »

Souvent, ce type de phrases, c’est très facile de le dire à notre meilleure amie. Mais par contre, c’est très difficile de se le dire pour nous-même. Les affirmations positives ce sont ces phrases là qu’on va répéter avec conviction plusieurs fois par jour. cela ne sert à rien de le réciter si tu n’engages pas le corps et que tu n’y crois pas.

Pour moi, la lecture simple de l’affirmation positive n’a pas d’effet. Par contre si tu récites ces phrases de sorte que cela deviennent des incantations; là tu mobilises ton corps et le potentiel est vraiment là. Pour qui l’autodiscipline est difficile, là aussi on n’hésite pas à mettre des rappels et des post-it pour prendre l’habitude de réciter ces affirmations positives. 

Les neurosciences nous ont prouvé qu’il existe la plasticité cérébrale. En répétant ces phrases positives, tu as cette capacité et ce pouvoir de créer de nouvelles connexions neuronales. c’est extrêmement intéressant. 

OFFERT, votre mini-cours « Trouver le business model durable qui me correspond à 100% »

4. La gratitude

C’est une émotion déclenchée par un don. Elle peut venir d’une autre personne grâce à un  lien social positif. Mais cela peut venir de quelque chose qu’on exprime vis à vis de nous-même. On peut se gratifier d’avoir accompli quelque chose, même quelque chose d’anodin.

Ensuite, les bienfaits de la gratitude sur la santé sont prouvés scientifiquement. Il y a une étude que l’on cite souvent à ce sujet menée par Sonia Lubomirski, psychologue et professeur à l’université de Californie. Elle prouve que plus les personnes éprouvent de la gratitude, moins elles développent d’anxiété, de dépression et de frustration.

Cela signifie que les individus qui expriment régulièrement leur gratitude sont au quotidien plus optimistes, ils sont plus heureux et en meilleure santé. 

Donc même si tu as passé une journée exécrable, je t’invite à prendre cette habitude d’être reconnaissante d’être dans la gratitude de ce que tu as aujourd’hui, ici et maintenant. (un toit, l’eau courante, d’avoir des vêtements décents, une famille, des amis, etc.) Ce peut être des choses extrêmement simples mais précieuses. Rappelle-toi que la gratitude c’est la richesse et la plainte c’est la pauvreté.

5. L’auto-compassion

Je l’ai dit précédemment : Nous sommes notre pire juge. Et pourtant quelle valeur nous avons. Rien que le fait d’être présent, ici et maintenant, incarné dans ce corps à respirer. Rien que pour cela tu es précieuse. La vie, c’est un voyage court qui faut apprendre à savourer.

C’est prendre le temps d’abord pour soi puis pour les autres.

Comment envisages-tu ton voyage sur Terre ? Quoi d’autre serait possible pour toi ? Qu’est-ce qui ferait que ta vie soit davantage remplie de magie ?

Rien ne sera parfait, bien sûr. La perfection est un mirage de la satisfaction.

Il est donc essentiel d’apprendre à faire du mieux qu’on puisse faire mais pas à chercher désespérément à être dans la perfection. Être dans l’action, c’est déjà être dans le mouvement de la vie. Te blâmer, te dire à longueur de journée que les autres sont mieux que toi ne te permet pas d’être une meilleure personne. En revanche, le fait d’être dans le soin, la compassion vis à vis de soi-même permet de nourrir ton estime personnel.

C’est en étant dans cet élan d’amour inconditionnel de soi (de ses fragilités, défauts et forces) que tu auras davantage confiance en toi. Et que tu trouveras la motivation d’aller de l’avant. 

Self-love.

On apprend à s’aimer soi-même. C’est un gage de réussite. C’est ce qui permet le courage et l’audace car on a conscience de notre valeur.

6. Entoure-toi de personnes positives pour développer plus de pensées positives

Apprends à choyer un environnement positif. Cela peut être difficile dans un quotidien professionnel toxique car on peut être sous cette influence là.

Cela va être important à l’extérieur de te nourrir de choses plus positives et d’aller à la rencontre de personnes qui sont dans la même dynamique, les mêmes valeurs et la même vision du monde. C’est ce qui va te permettre d’être davantage dans la positivité et l’optimisme.

L’environnement joue un rôle énorme dans la faculté de développer un état d’esprit plus positif.

Conclusion

Derrière chaque obstacle, difficulté ou douleur que l’on rencontre, il y a derrière une formidable opportunité de croissance personnelle. On a simplement besoin de mettre de la conscience dans nos vies pour savourer davantage le voyage. Mais aussi, cela permet aussi de tirer les leçons des enseignements que la vie nous envoie.  

Ton JOB ne te convient plus et tu es déterminée à trouver ta mission de vie et créer une entreprise à impact positif ? Réserve dès maintenant ta séance clarté offerte afin que nous puissions clarifier ta situation, définir les toutes premières actions pour concrétiser ton rêve et voir si je suis la bonne personne pour te guider.

👉 Clique ici pour rejoindre la communauté, des femmes et des hommes audacieux et déterminés à contribuer et apporter de la valeur pour rendre notre monde meilleur.

Comment développer des pensées positives
Comment développer des pensées positives
Comment développer des pensées positives

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

TON MINI-COURS OFFERT

 

Créer l’entreprise à impact positif alignée sur ta mission de vie pour plus de sens, de plaisir, d’impact et d’abondance.