Angers
contact@vanessaremignon.com

Brown-out, quand le manque de sens au travail mène à la démotivation

Brown-out, quand le manque de sens au travail mène à la démotivation

brown-out, quand la perte de sens au travail mène à la démotivation

Moins connu que le burn-out ou le bore-out, le brown-out est un nouveau mal qui traduit une crise existentielle chez les salariés. Le manque de sens dans ce que l’on fait au travail nous conduit à une perte d’énergie qui se traduit par un désengagement, une démotivation.

Cela est souvent ressenti dans des emplois très bien payés mais parfaitement inutiles, c’est ce que l’anthropologue et économiste américain David GRAEBER appelle les « bullshit jobs » : « Un job à la con est une forme d’emploi rémunéré qui est tellement inutile, superflue ou néfaste que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence, bien qu’il se sente obligé, pour honorer les termes de son contrat de faire croire qu’il n’en est rien ».

Burn-out, Bore-out, Brown-out, quelles différences ?

Le burn-out, qui est la plus connue des pathologies de souffrance au travail, se caractérise par un épuisement professionnel en lien avec une situation professionnelle exigeante (surcharge de travail, pression hiérarchique, demandes contradictoires, conflits de valeurs…). Lorsqu’on le vit, on a l’impression d’être « vidée de ses ressources. » C’est un épuisement mental, physique et psychologique. Le corps s’exprime alors et dit « stop ».

Le bore-out, quand à lui, est caractérisé par l’ennui au travail. Le peu de chose à faire nous conduit à surveiller le temps, à regarder notre montre et à désespérer de voir arriver la fin de la journée… C’est ce que j’ai vécu pour ma toute première expérience en tant que salariée ! A la sortie de mes études, j’avais été recrutée par un OPCA (organisme paritaire collecteur agréé de la formation professionnelle) pour une mission de courte durée. Mes fonctions étaient principalement de renseigner les comptables ou tout autre gestionnaire de la formation professionnelle dans le cadre de la mise en place de la réforme de la formation professionnelle en 2004… J’attendais que le téléphone sonne… C’est pendant cette période que j’ai lu en très peu de temps « Da Vinci Code » de Dan Brown. Heureusement pour moi, je savais que c’était pour une courte durée. Mais même pendant cette période, cela a été très difficile à gérer. Passer mon temps à regarder les minutes passer est loin d’être stimulant… Surtout pour une première expérience professionnelle !

Venons-en maintenant au brown-out, ce nouveau mal caractérisé par la vacuité, c’est-à-dire l’impression d’être vidée de son énergie. Il a fait son apparition, notamment, avec les nouveaux métiers nés du progrès technologique.

L'épuisement professionnel causé par un manque de motivation

Le brown-out est une pathologie causée par un manque de motivation lorsque l’on ne comprend pas le sens des tâches qui nous incombent dans notre JOB. On ne comprend pas le but, la finalité de nos fonctions.

Cela me rappelle un de mes anciens clients, Christian, salarié d’une grande banque française. Il se sentait comme un maillon d’une grande chaîne absurde, perdu derrière son écran d’ordinateur à établir des powerpoint, des tableaux de bord et agrémenter des fichiers excel. Il n’arrivait pas à trouver du sens à ce que l’on lui demandait de faire. Il se sentait totalement inutile.

Cette perte de sens ressentie entraîne alors une baisse de l’engagement. On est capable de faire le travail. On est alerte. Mais la motivation n’est clairement pas au rendez-vous et l’estime de soi en prend pour son grade.

Il y a une incompréhension du but, de la finalité de ses missions et une absence de perspective.

Tous ces éléments font que l’on se désengage de ses fonctions parce que l’on trouve cela inutile, absurde.

Ce qui est étonnant, c’est que ce type de pathologie touche même les soignants (médecins, infirmiers, aides-soignants…) ou les enseignants alors même que leur coeur de métier est par nature plein de sens ! En effet, même ces métiers sont touchés par une bureaucratie à outrance, pollués par tout un tas de tâches administratives qui détournent ces professionnels de leur vocation première.

 

 

OFFERT, votre mini-cours « Trouver le business model durable qui me correspond à 100% »

Les symptômes du brown-out

La perte de motivation est bien évidemment le symptôme numéro 1 de cette pathologie. 

Cette pathologie est insidieuse car les manifestations sont peu visibles. 

Voici une liste non exhaustive des manifestations psychologiques et physiques pouvant attester d’un brown-out : 

  • On traîne les pieds,
  • On est désinvesti mentalement,
  • On perd l’attention dans la réalisation des tâches,
  • On est dans la négativité, 
  • On perd son sens de l’humour,
  • On a l’impression d’être inutile, de servir à rien,
  • On est fatigué,
  • On a l’impression de vivre une absurdité, une aberration,
  • On adopte une mauvaise alimentation, signe d’une compensation (alimentation trop riche, grasse, sucrée…)
  • On ne se sent pas stimulé,
  • On peut se replier sur soi-même.
A la longue, on peut « tomber » dans la dépression, voire même envisager le suicide car on a l’impression de vivre un terrible vide à l’intérieur de soi.
Brown-out, quand le manque de sens au travail conduit à la démotivation

La solution pour sortir de cette démotivation

Comme toute difficulté, il est indispensable de prendre du recul pour comprendre ce qu’il nous arrive et faire un point sur sa carrière professionnelle.

Il s’agit de prendre conscience de ce que l’on veut VRAIMENT ou pas/plus pour sa vie professionnelle. Face à l’inconfort, nous avons tous une responsabilité. Nous devons nous remettre en question de façon honnête, transparente et bienveillante.

Je tiens à souligner, ici, que l’on peut toujours aimer son métier. Mais le cumul de tâches dénuées de sens font que l’on aura tendance à généraliser et dire ainsi que son métier n’a pas de sens, que c’est un « métier à la con ».

Voici quelques questions à vous poser :

1) Qu’est-ce qui crée chez moi cet inconfort ?

2) A quoi ou à qui est-ce que j’attribue cet inconfort, ce mal-être ?

3) Est-il en lien avec les objectifs professionnels ? Le métier en lui-même ? Les tâches liées au poste occupé ? L’entreprise, dans son ensemble ? La mission ?

4) Que me renseigne cette situation sur mes besoins, mes valeurs, mes aspirations professionnelles, mes intérêts ?

5) Mon travail apporte t-il quelque chose d’important au monde ?

Généralement, l’issue est soit la démission soit la demande d’une rupture conventionnelle pour entamer notamment une reconversion professionnelle vers un nouveau projet professionnel qui a du sens pour soi.

Les entreprises perdent des talents car se sont souvent des personnes diplômées ayant fait des études supérieures qui se retrouvent à occuper des fonctions dénuées de sens.

Ainsi, comme dans toute relation, le salarié n’est pas le seul à être responsable de ce qui lui arrive.

L’organisation elle-même a un rôle à jouer pour permettre l’épanouissement et l’accomplissement de chacun. Il incombe aux managers de garder la motivation de leurs équipes en leur communiquant des éléments qui donnent du sens aux tâches. Toutefois, le mouvement est bien trop timide. 

C’est pourquoi l’entrepreneuriat ou l’intrapreneuriat (même si ce denier a ses limites car l’on dépend encore de la structure) est une formidable solution pour de nombreuses personnes afin d’apporter une différence dans le monde, de faire bouger les lignes.

Ton JOB ne te convient plus et tu es déterminée à trouver ta mission de vie et créer une entreprise à impact positif ? Réserve dès maintenant ta séance clarté offerte afin que nous puissions clarifier ta situation, définir les toutes premières actions pour concrétiser ton rêve et voir si je suis la bonne personne pour te guider.

👉 Clique ici pour rejoindre la communauté, des femmes et des hommes audacieux et déterminés à contribuer et apporter de la valeur pour rendre notre monde meilleur.

3 réponses

  1. GARDEY Nadine dit :

    Très intéressant votre article sur le brown out.Il me parle bien!

    Je vais m’empresser de répondre aux questions que vous nous invitez à nous poser.
    Merci

  2. olivia dit :

    Le mal-être au travail est un élément très souvent évoqué par des travailleurs de plus en plus nombreux, et effectivement, de nombreuses enquêtes font état d’une hausse constante de la fréquence et de l’intensité des facteurs de stress causé par certaines méthodes de management, la mauvaise gestion des ressources humaines et les contraintes organisationnelles … : https://www.officiel-prevention.com/dossier/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/la-prevention-du-mal-etre-au-travail-burn-out-bore-out-brown-out

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mini-cours OFFERT

VOTRE MINI-COURS OFFERT

Le business model durable et rentable qui vous correspond à 100% et qui vous permet d’avoir un impact positif.