Angers
contact@vanessaremignon.com

Trouver sa passion : pourquoi suivre sa passion pour entreprendre est une fausse bonne idée

Créer une entreprise alignée avec sa raison d'être

Trouver sa passion : pourquoi suivre sa passion pour entreprendre est une fausse bonne idée

Pourquoi suivre sa passion pour entreprendre est une fausse bonne idée

La passion est-elle le saint-graal que vous devez chercher pour trouver votre voie professionnelle ?

Lorsque l’on aspire à changer de vie professionnelle, à se reconvertir que se soit dans l’entrepreneuriat ou dans le salariat, on lit souvent le conseil suivant « tu n’as qu’à partir de ta passion ! » ou « il faut que tu trouves ta passion. »

Alors à force de lire partout qu’il est essentiel de trouver sa passion pour réussir sa reconversion professionnelle, pour être pleinement épanouie, on se met à rêver et on espère de tout coeur que la magie opèrera.

Mais doit-on réellement créer une entreprise à partir de sa passion ? Doit-on identifier sa voie professionnelle à partir de sa passion ?

Avant de répondre à cette question, faisons d’abord un petit tour d’horizon de ce qu’est une passion.

Quand la passion rime avec la souffrance

D’un point de vue étymologique, le mot « passion » vient du latin « passio » qui signifie souffrance… 

Lorsque j’ai découvert cela, j’ai bien ri car entre le mot « travail » qui vient du latin tripalium, qui désignait un instrument de torture composé de trois pieux, on peut dire que côté carrière, nous sommes servies !!

Ainsi le mot « passion » nous amène à cette idée de subir quelque chose. A l’origine, elle désignait une souffrance physique. Puis, le terme a été utilisé pour parler de la douleur psychique causée par l’expression intense de sentiment comme l’amour.

Le psychiatre Carl JUNG dit, par ailleurs, de la passion, qu’elle génère des émotions qui « assaillent l’homme de telle sorte qu’il en devient une victime passive ». Celui-ci n’arrive plus à émettre un jugement moral. Il est dans l’irrationnel. 

Dans ces écrits, JUNG évoque peu la passion. Mais lorsqu’il le fait, il en parle dans ses aspects positifs tout en soulignant  le potentiel destructeur et sa capacité à obnubiler la conscience. 

Effectivement, quand on aborde la passion sous son angle positif, on peut voir que  c’est un formidable carburant. Elle donne de l’énergie, l’envie d’agir. Mais la contre-partie est qu’elle peut nous dévier de notre véritable trajectoire car elle nous empêche de mettre un peu de raison dans nos actions. 

Suivre sa passion pour découvrir ce nouveau projet professionnel qui nous fera rêver suppose, par ailleurs, que nous en ayons une. Or, c’est rarement le cas. Moi-même, je dois bien avouer que je n’en avais pas lorsque j’étais en période de transition professionnelle. J’avais plusieurs centres d’intérêts mais de là à être passionnée, j’en était loin.

Ainsi la passion est une dualité. Elle a ses effets très positifs mais un côté extrêmement destructeur. 

Alors faut-il trouver sa passion pour se lancer dans un projet entrepreneurial

trouver sa passion : pourquoi suivre sa passion est une fausse bonne idée

Trouver sa passion induit un état d’esprit passif

Se mettre à trouver sa passion pour réussir sa vie professionnelle n’est pas une bonne façon de faire. 

Voilà, tout est dit !

Pourquoi ? Parce qu’elle sous-entend qu’à partir du moment où l’on aura trouvé (si on la trouve un jour, d’ailleurs), notre vie sera plus simple, plus fluide… Ce sera le succès assuré.

De quoi nous faire rêver, non ?

Mais adopter cette conviction, c’est considérer que la passion fait une bonne partie du travail et que nous n’avons plus vraiment d’efforts à faire au quotidien pour réussir tout ce que nous entreprenons.

Croire cela peut vraiment nous mener au désastre et nous dégouter, même, de notre passion (si nous avons une, et que l’on souhaite créer notre entreprise à partir d’elle).

Voici une réalité qui vous échappe peut-être si vous aspirez à changer de vie professionnelle en devenant entrepreneure du changement : être entrepreneure, c’est beaucoup plus qu’un métier. 

C’est avoir une vision et tout mettre en oeuvre pour la voir se réaliser. C’est avoir une raison d’être et développer toute une philosophie, un message autour. C’est avoir une posture. C’est s’engager pour une cause, une communauté ou un projet. C’est se fixer des objectifs et des plans d’action. C’est analyser ses résultats, prendre du recul et ajuster le tir. C’est être confrontée régulièrement à ses peurs et ses croyances limitantes. C’est également faire face à des conflits avec des clients, des prestataires ou des fournisseurs. C’est gérer tout un tas de paperasse et de problèmes divers et variés… 

En résumé, c’est un chemin qui est, certes, très gratifiant et épanouissant, mais loin d’être de tout repos.

Comme précisé précédemment, la passion est positive en ce qu’elle nous donne le carburant, l’énergie pour avancer. En revanche, elle n’est pas une raison suffisamment forte pour remettre en cause notre vie, notre équilibre personnel, nos pensées, notre mode de fonctionnement etc.

La passion est donc une distraction dangereuse car elle nous éloigne de nos centres d’intérêt.

Elle a quelque chose de mystique, de magique. On s’attendrait presque à la débusquer au détour d’une rue.

Or, croire ceci, c’est être dans un état d’esprit fixe, un processus passif. C’est ce qui ressort d’une étude très intéressante menée par des chercheurs de Stanfort et du Yale-NUS Collège à Singapour.

A l’inverse, toujours selon cette étude, lorsque l’on adopte un état d’esprit de croissance, on part du principe que tout est une source à être développé. C’est avoir la conscience que ses centres d’intérêts, ses talents, ses aptitudes doivent être cultivés quotidiennement.

Si on s’évertue à trouver ou suivre notre passion, c’est comme si l’on se persuadait que les choses sont gravées dans le marbre. 

C’est se convaincre qu’il existe une certaine fatalité, que les jeux sont faits, en somme.

Selon Carole DWECK, psychologue et auteur, dans son ouvrage « Mindset, the new psychology of success », les personnes qui ont un état d’esprit dit « fixe » auront davantage de difficultés à oser se lancer et à persévérer dans leur apprentissage. 

La moindre erreur pour elles est l’occasion de se dévaloriser. Il y a ainsi un fort lien entre les résultats attendus et la valeur intrinsèque.

En revanche, pour les personnes ayant un état d’esprit dit « de croissance », les challenges et les obstacles sont considérés comme une opportunité d’atteindre de meilleurs résultats, d’accéder au savoir.

Selon la psychologue, nous ne naissons pas avec l’un ou l’autre état d’esprit. C’est le fruit d’une culture, d’une éducation, d’une scolarité, d’expériences de vie…

  • « Tu es intelligente » 
  • « Tu es une femme brillante »
  • « Tu n’es vraiment pas douée pour les maths »
  • « Tu es trop maladroite »

Toutes ces phrases que nous avons pu entendre, que se soit de la part de nos parents, de notre entourage ou de nos instituteurs nous ont catégorisé. C’est pourquoi nous sommes nombreuses à avoir développé un état d’esprit fixe. Qu’on se persuade qu’on est la plus intelligente ou la plus incapable, on se dit qu’on est née ainsi et qu’on ne peut s’améliorer. Face à de mauvais résultats, nous aurons alors tendance à blâmer les autres. Nous éviterons également les expériences avec un risque d’échecs et préférerons faire ce que nous faisons parfaitement bien (ce qui revient à rester dans notre zone de confort !).

On est alors convaincue que tout est joué d’avance, qu’on fonctionne ainsi et qu’on n’y peut rien. On aura alors tendance à baisser les bras plus facilement. Ce qui, bien évidemment, n’est pas propice à devenir une entrepreneure du changement prospère.

Découvrir qui l’on est et adopter une posture de constante amélioration

En tant qu’être humain, nous avons, par essence, vocation à évoluer. Je vous invite donc à embrasser votre essence profonde et à faire en sorte d’atteindre votre plein potentiel. Adoptez un état d’esprit de croissance. Vous avez le pouvoir de changer votre état d’esprit. Cherchez à développer vos talents, vos aptitudes, vos centres d’intérêts.

Je vous invite à poursuivre ce qui vous attire, vous intéresse aujourd’hui tout en ayant une dynamique de progression. Posez-vous régulièrement la question : « Que puis-je faire maintenant pour avancer ? »

Pour vous aider à développer cet état d’esprit de croissance, voici quelques pistes :

  1. Changer son vocabulaire et privilégier le terme « développer » à « trouver » ou « chercher ». En effet, le terme « développer » vous invite à faire un effort, à poursuivre un intérêt ce qui enrichira aussi bien votre vie professionnelle que personnelle.
  1. Acter que la persévérance fait partie du chemin. Développez votre foi et chaque jour, avancez, faites un petit pas vers la réalisation de vos objectifs de vie.
  1. Faire de la peur votre meilleure alliée. Vous avez peur d’échouer, de vous tromper de voie. Il est important d’admettre que cela fait partie du jeu. Changer son regard sur ses peurs, permet de faire preuve de plus d’audace et de courage. D’ailleurs, ne dit-on pas que la magie se trouve derrière la peur ?

Vous l’aurez compris, être dans une dynamique « je cherche ou je suis ma passion » vous dessert fortement car à la moindre difficulté, vous baisserez les bras. Vous considérerez les efforts comme quelque chose d’inutile. Et oui, à quoi bon se donner la peine lorsque l’on est compétente dans tel ou tel domaine ?

Or, si vous êtes ici, sur cette Terre, c’est que vous avez un rôle à jouer. Vos talents, votre singularité font de vous une personne exceptionnelle. Votre JOB est de découvrir votre singularité, c’est-à-dire QUI VOUS ETES, et d’être dans une amélioration constante. C’est ce qui vous permettra de développer votre plein potentiel

Les chercheurs de l’étude précitée font d’ailleurs le parallèle avec le fait de trouver le « grand amour ». Effectivement, celles qui cherchent le Prince Charmant ont des attentes irréalistes et peuvent, malgré elles, suivre une quête sans fin.

En revanche, chercher un amour sincère, authentique et le considérer comme une co-création ouvre davantage de perspectives, d’opportunités.

La passion est quelque chose de formidable car elle nous donne un élan, une énergie pour agir. On est comme irrémédiablement attirée par quelque chose qu’on ne peut expliquer. Mais lorsqu’il s’agit de créer une entreprise à impact positif alignée avec sa raison d’être, ce n’est pas du tout suffisant. Elle n’est qu’un élément de l’équation de votre accomplissement. Il est donc préférable d’être dans une attitude d’amélioration continue vis à vis de ses talents, de ses centres d’intérêts, de ses aptitudes pour être en capacité de faire face aux difficultés et aux obstacles que l’on rencontrera sur notre chemin (que se soit dans notre vie personnelle que professionnelle). La passion viendra ensuite…

Votre JOB ne vous convient plus et vous êtes déterminée à trouver votre mission de vie et créer une entreprise à impact positif ? Réservez dès maintenant votre séance clarté offerte afin que nous puissions clarifier votre situation, définir les toutes premières actions pour concrétiser votre rêve et voir si je suis la bonne personne pour vous guider.

Photo by Cathy Mü on Unsplash

👉 Cliquez ici pour rejoindre la communauté, des femmes et des hommes audacieux et déterminés à contribuer et apporter de la valeur pour rendre notre monde meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mini-cours OFFERT

VOTRE MINI-COURS OFFERT

Le business model durable et rentable qui vous correspond à 100% et qui vous permet d’avoir un impact positif.